Acteurs Santé et sa section déodatienne apportent leur soutien indéfectible aux IBODE dans leurs revendications.

Les IBODE en ont assez du manque permanent de reconnaissance qu’il soit professionnel ou financier. Cela entraine un manque d’attractivité professionnelle pour leur spécialité si longtemps négligée.

Les revendications des IBODE

– L’application pleine et entière du Décret d’actes (Décret 2015-74 du 27 janvier 2015). Cette exclusivité d’exercice est une preuve supplémentaire de la compétence et de l’expertise des IBODE dans la pratique de la suture et dans la réalisation de l’immobilisation de fracture. Le pacte de « refondation des urgences » présenté par la Ministre de la Santé, prévoyant la mise en place de protocoles de coopération est une atteinte à leur champ de compétences !

– Une prime spécifique suite à l’obtention de leurs actes exclusifs ;

– Des grilles indiciaires décentes dans les établissements publics et le dégel du point d’indice des fonctionnaires ;

– Une NBI de 30 points : les IBODE sont les seuls acteurs du bloc opératoire à ne pas percevoir la NBI. Leur fonction comporte l’exercice d’une responsabilité particulière et d’une haute technicité majorée par leurs actes exclusifs ;

– La reprise active de la réingénierie de leur formation (entamée depuis plus de 10 ans et arrêtée depuis 1 an) ;

– Un véritable plan de formation (ECOLE D’IBODE ou VAE) des IDE en fonction dans les blocs opératoires dans les établissements de santé publics et privés ;

– Une reconnaissance de la pénibilité de leur profession et de la dégradation des conditions de travail dans les blocs opératoires ;

– Les étudiants infirmiers de bloc opératoire revendiquent l’homogénéisation de la prise en charge de la formation IBODE, la suppression des 2 ans d’exercice infirmier pour accéder à la formation IBODE.

Acteurs Santé soutient tous les collègues IBODE